L’expert comptable, contrôleur de gestion de la PME !

Dans un article publié dans la revue ACCRA en Septembre 2019[i], le professeur François Meyssonnier (actuel président de l’Association Francophone de Comptabilité) propose une synthèse sur les enjeux du contrôle de gestion dans les petites et moyennes entreprises (PME).

Ainsi, d’après la littérature, la taille apparaît comme un des principaux facteurs de l’émergence et du développement du contrôle de gestion dans les entreprises. Dans la présente contribution, nous affirmons qu’avec le rôle de plus en plus important de l’expert comptable dans la mise en place d’outils de contrôle de gestion dans les PME, le déterminisme lié à la taille est de plus en plus remis en cause. Désormais, le contrôle de gestion est potentiellement accessible à toutes les entreprises.

Après avoir présenté les enjeux associés à la mise en place du contrôle de gestion dans une PME, nous illustrerons comment l’expert comptable contribue à la généralisation du contrôle de gestion dans toutes les entreprises.

1)     Le contrôle de gestion dans une PME : de quoi parle-t-on ?

Les résultats de la recherche sur le contrôle de gestion en PME sont pour le moins contrastés. Pour certains auteurs, la notion même de contrôle de gestion en PME apparaît comme problématique. Ainsi, pour Nobre et Zawadzki (2014)[ii], les caractéristiques culturelles de la PME rendent difficile l’émergence du contrôle de gestion parce que :

  • du fait de la taille, le contrôle direct limite l’intérêt d’un système global et cohérent de management de la performance ;
  • les enjeux de réactivité, de prise de risque, de proximité, se heurtent à la nature même du contrôle de gestion qui se définit par la rigueur, l’efficience, le reporting ;
  • le contrôle de gestion ne devient nécessaire que lorsque la PME passe au stade d’ETI où émergent des enjeux de reporting à des partenaires externes suite à l’ouverture du capital.

Pour d’autres, les outils de contrôle de gestion (analyse de coûts, budgets, indicateurs de performance) sont pertinents dans le contexte de la PME, même si la mise en place reste limitée. D’après Meyssonnier (2019), il ressort que :

  • la mise en place d’une analyse des coûts semble plus corrélée aux caractéristiques du métier qu’à la taille ;
  • les budgets sont plus fréquents dans les entreprises de plus de 100 salariés ;
  • les tableaux de bord sont très utiles à la gestion de la PME car ils permettent de mesurer le déploiement des ressources avec des indicateurs avancés de performance.

Par ailleurs, il souligne aussi que « la très petite ou petite entreprise (TPE ou PE) va avoir un fonctionnement informel et peu instrumenté sous la supervision directe du dirigeant-propriétaire. Pendant cette phase, l’outillage de gestion est assez réduit en général et on ne trouve pas de contrôle de gestion. C’est l’expert-comptable externe qui établit les comptes et conseille souvent le dirigeant en direct » (p.68). Finalement, les facteurs limitant le contrôle de gestion dans la PME étaient jusqu’à présent : le manque de compétence, les ressources limitées, la faible présence de l’expert-comptable sur ce type de prestation…

C’est donc la mutation du rôle de l’expert-comptable qui entraîne aujourd’hui une plus forte diffusion du contrôle de gestion dans les petites et moyennes entreprises.

ec cg

 

2)     L’expert-comptable : business partner du chef d’entreprise

Dans un célèbre article paru en 1991 dans la revue Management Accounting, Lianabel Oliver[iii] (voir ici) exhortait les contrôleurs de gestion à être moins focalisés sur le reporting et plus sur l’aide à la décision. Aujourd’hui, c’est au tour des experts-comptables d’accompagner au quotidien les dirigeants de PME dans leur gestion par la mise en place de tableaux de bord pertinents et co-construits.

Deux principaux facteurs permettent désormais à l’expert-comptable et à son équipe d’être plus actifs dans la diffusion d’outils de contrôle de gestion dans la PME. Il s’agit des évolutions sur le marché des prestations comptables (concurrence accrue, pression sur les prix, changement des seuils d’audit…) et des mutations technologiques.

Les évolutions de l’environnement économique de la profession comptable impliquent de trouver de nouvelles missions sources de différenciation et de fidélisation des clients. Les nouvelles technologies, générant des gains de productivité aussi bien dans le traitement comptable que dans la production de tableau de bord, permettent de relever le défi.

Même si pour certains cabinets comptables, la mission « tableau de bord » relève encore de l’exceptionnel, mon expérience comme consultant en cabinet témoigne au quotidien du nouveau rôle de l’expert-comptable comme contrôleur de gestion dans la PME.

Ce nouveau rôle se traduit concrètement par les démarches suivantes :

  •  Proposition systématique de l’accompagnement au pilotage
  • Analyse du modèle économique de l’entreprise
  • Identification des facteurs clés de succès et des indicateurs pertinents
  • Identification des sources de données
  •  Optimisation des traitements comptables courants
  • Modélisation du tableau de bord (avec Power BI via par exemple l’excellente méthodologie proposée par Françoise Le Pavec[iv], ou avec une plateforme en ligne)
  • Elaboration et mise à disposition du tableau de bord périodique
  • Echanges avec le dirigeant sur les résultats économiques et mesures correctives

Cette mutation du rôle de l’expert-comptable et de ses collaborateurs n’en est qu’à ses prémisses. Toutefois, il s’agit probablement d’une tendance de fond appelée à s’intensifier dans les prochaines années. Elle pose des questions au plan théorique (la taille va-t-elle rester un facteur de contingence du contrôle de gestion ?), professionnel (les collaborateurs sont-ils formés aux enjeux de pilotage ? Sont-ils recrutés au regard de ces enjeux ?), pédagogique (qu’en est-il de la sensibilisation aux mutations de la profession comptable ? de l’initiation aux nouveaux outils d’analyse de données ?).

En définitive, ce renforcement du rôle de l’expert comptable sur les enjeux du pilotage économique apparaît comme un phénomène émergent qui mérite toute l’attention des clients, des professionnels et des chercheurs.

[i] Meyssonnier F (2019), Le contrôle de gestion des entreprises de taille réduite, ACCRA, n°6, 63-82

[ii] Nobre T, Zawadzki, C (2014), L contrôle de gestion dans la PME : mythe ou réalité ?, in Le contrôle de gestion aujourd’hui (Marc Bollecker et Gerald Naro), 243-255

[iii] Lianabel Oliver (1991), « Accountants as business partners », Management Accounting 72(12)

[iv] Le Pavec F (2016), Valorisation des données clients en possession de l’expert-comptable par un outil décisionnel, Mémoire du Diplôme d’expertise comptable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s