Contrôleur de gestion, qui es-tu?

La tentative de caractérisation du contrôleur de gestion se fonde sur une double hypothèse :

1) l’existence du « contrôleur de gestion »,

2) la possibilité de caractériser son rôle dans l’organisation.

Si on admet l’hypothèse de l’existence d’un acteur théoriquement ou empiriquement nommé « contrôleur de gestion », comment peut-on caractériser cet acteur? Est-ce l’appartenance à un corps professionnel institutionnalisé comme le médecin ou l’avocat ? Est-ce la possession d’une compétence spécifique théorique ou professionnelle ?

Si aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada, des associations telles que « Institute of Management Accountants (IMA) », « Chartered Institute of Management Accountants (CIMA) », « Certified Management Accountants (CMA) » (1), semblent structurer l’activité de contrôleur de gestion, tel n’est pas le cas en France où l’activité n’est pas règlementée, comme peut l’être celle d’expert-comptable ou de commissaire aux compte.

En France, l’association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG), initialement « association nationale des contrôleurs de gestion » (ANCG), devrait contribuer à la professionnalisation de l’activité de contrôleur de gestion. Cependant cette association n’est officiellement ni responsable de la formation des contrôleurs de gestion, ni garante de l’homogénéité de leurs compétences. Cette situation rend donc difficile la caractérisation par le prisme professionnel.

A défaut de pouvoir caractériser le contrôleur de gestion par sa formation spécifique, ou ses compétences uniques à décider ce qui est à faire dans une situation et juger si cela a été bien fait, comme tout professionnel, c’est par le prisme organisationnel que les recherches sur le contrôleur de gestion ont très tôt tenté de le caractériser.

Cette approche scientifique dite structuro-fonctionnaliste (Bouquin, 1997) (2), associe au contrôleur de gestion les finalités de mise en place et de suivi de certaines dimensions des systèmes de contrôle de gestion (Bollecker, 2007) (3). L’approche fonctionnaliste a donc caractérisé le contrôleur de gestion sur la base entre autres de ses missions, ses outils, son rattachement hiérarchique, son implication organisationnelle.

controleur_caract

Cette approche scientifique a notamment été popularisée par le Professeur Roy Bernard Kester, de l’université de Columbia (4), dans une publication faite dans Accounting Review en 1928. Sa vision de la mission du contrôleur de gestion (controller) est celle-ci:

« Dans la description ci-dessus, il a été fait mention des outils de reddition de compte associés au management, les statistiques d’un côté et la comptabilité de l’autre. Mon opinion est que ces deux activités devraient être conduites par un contrôleur, qui les superviserait toutes deux» (Kester 1928, p. 242)

Pour Kester, le contrôleur de gestion suit les activités, établit des standards, élabore des rapports d’activités, participe à l’interprétation de ces rapports, fournit des conseils sur les stratégies opérationnelles.

Dès l’origine, le contrôleur de gestion est caractérisé par l’utilisation d’outils statistiques et comptables pour suivre et évaluer l’activité de l’organisation. Il a une mission principale de prévision et d’évaluation a posteriori des performances économiques de l’organisation. Kester caractérise donc le contrôleur de gestion par la mise en œuvre du triptyque « plans-budgets-évaluations ».

En définitive, il est au cœur du contrôle de gestion, selon son approche étroite.

A la suite de cette contribution de Kester, de nombreux autres travaux ont contribué et contribuent encore aujourd’hui à caractériser le contrôleur de gestion sur la base de ses missions et des outils de gestion utilisés pour les réaliser.

Des chercheurs ont aussi tenté de caractériser le contrôleur sur la base de son identité, sa formation, ses compétences techniques et relationnelles, son image…

__________________________________________________________
1 Cet ordre comptable a fusionné avec d’autres ordres comptables canadiens pour donner aujourd’hui l’ordre des comptables professionnels agréés (CPA)

2 Henri Bouquin, Contrôle, in Encyclopédie de la gestion Yves Simon et Patrick Joffre, Economica, 1997, p. 667-686

3 Marc Bollecker, La recherche sur les contrôleurs de gestion: état de l’art et perspectives, Comptabilité contrôle audit, vol 1, 2007, p.87-106

4 http://fisher.osu.edu/departments/accounting-and-mis/the-accounting-hall-of-fame/membership-in-hall/roy-bernard-kester/
—————

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s